Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Les évènements à l'UPMC - L'année internationale de la chimie à l'UPMC

Partenariats


Le mot du doyen de l'UFR de chimie (2011)

L'année 2011 était marquée par deux événements majeurs pour la communauté des chimistes de l'UPMC : la commémoration du centenaire du prix Nobel de Chimie de Marie Curie d'une part et les manifestations réalisées dans le cadre de l'Année Internationale de la Chimie (AIC) d'autre part.

En ce qui concerne ...

» En savoir +

Chiffres-clé

La chimie à l'UPMC, c'est :

  • 1 Faculté
  • 4 fédérations de recherche
  • 12 laboratoires
  • 5 écoles doctorales
  • 1 licence
  • 4 licences professionnelles
  • 1 master
  • 2300 personnels et étudiants

A voir

Ces activités font partie de  notre programme, déposé en juillet 2010 auprès du comité national AIC2011 et qui a obtenu le label officiel sous le No 117.

Voici le PDF du projet AIC - UPMCNouvelle fenêtre

Science et Musique : sphères et profondeurs

Jean Maruani (LCPMR/UPMC)

17 mars 2015, 16 h 45 - 18 h (thé à 16 h 30)

 

Résumé Tout dans la Nature, des particules élémentaires aux amas de galaxies en passant par les distributions de noyaux et les spectres des éléments, la structure des cristaux et des polymères, les rythmes biologiques et cosmologiques, est fait d’ondes, de périodicités, de vibrations, de résonances. Les relations entre Science et Musique (et Philosophie) remontent à des périodes reculées, alors qu’elles n’existaient pas comme telles mais comme composantes de rituels magiques. Pythagore fut le premier penseur occidental à introduire explicitement des considérations physiques et mathématiques (ainsi que mystiques) en musicologie. Plusieurs mathématiciens et physiciens (Descartes, Euler, Mersenne, Galilée, Huygens, Helmholtz, et de nos jours Longuet-Higgins, Prigogine, Xenakis, Risset, …) ont écrit des mémoires sur l’acoustique et la musique. Kepler associa des morceaux musicaux aux différentes planètes, illustrant l’antique concept de Musique des Sphères. Au 19e siècle, les minéralogistes Goldschmidt et Weiss suggérèrent qu’il existe une similarité entre les échelles musicales et les symétries cristallines, introduisant une Musique des Profondeurs. Ces dernières décennies des physiciens ont mis des spectres moléculaires sous forme de partitions musicales, et des biochimistes ont écrit des partitions musicales basées sur le code génétique. Le rôle de la musique dans les diverses activités humaines et son utilisation en psychothérapie font entrevoir un lien profond entre les rythmes, mélodies et harmonies musicaux et les diverses vibrations présentes aux niveaux successifs d’organisation et de fonctionnement de l’être humain.

 

Notes biographiques – Jean Maruani a fait ses études secondaires au Lycée Carnot de Tunis et ses études supérieures à la Sorbonne, pour obtenir un Doctorat ès Sciences Physiques en 1966 (Jury présidé par Alfred Kastler). A l’invitation de Charles McDowell, il fait un postdoctorat au Département de Chimie de l’Université de Colombie Britannique (Vancouver, Canada) et en 1968 il obtient un poste permanent au laboratoire CMOA du CNRS, dirigé alors par Raymond Daudel.
Jean Maruani a publié plus de 120 articles sur la Structure et la Dynamique de Systèmes Moléculaires, notamment en Résonance Magnétique et Spectroscopie Photoélectronique. Il a introduit de nouveaux concepts pour les symétries nonrigides et approchées. Participant très activement à la diffusion de connaissance (il a coorganisé 25 colloques et coédité 50 volumes chez différents éditeurs, fondé un journal et une collection scientifiques), il a reçu la Médaille de Vermeil de la Ville de Paris et est Docteur Honoris Causa de l’Université de Sofia. Bien que retraité, il s’implique depuis 20 ans dans l’organisation de colloques QSCP. Il fait aussi des exposés sur des thèmes philosophiques et s’adonne au chant choral classique. Il a épousé la compositrice et pianiste Marja Rantanen.